Uniforme(s)

Album des membres – Marc Fourrier

Uniforme = Substantif masculin :  tenue réglementaire que doivent porter les hommes d’une même unité militaire ou habit, tenue imposée pour exercer certaines fonctions ou activités de la vie civile.

Adjectif : dont les éléments sont, dans leur ensemble, identiques ou perçus comme tels. 

Il m’arrive de photographier des “uniformes”, avec des gens dedans. Mais me direz vous, quel intérêt de photographier des personnages tous habillés pareil  ?

J’y vois au moins deux raisons :

  1. En général c’est coloré (donc album 100% couleur),  il y a des lignes, des formes, du graphisme, des textures, des plumes … et en plus ça bouge, ça défile, ça fait même parfois de la musique. 
  2. C’est facile à photographier car souvent bien rangé, ou marchant dans le même sens de façon prévisible et pas trop vite : pratique pour le photographe un peu paresseux de la molette. A l’opposé de la photo animalière qui est bien plus difficile.

L’uniforme n’est pas mon sujet de recherche photographique favori, mais quand il y en a, pourquoi s’en priver. Cela permet de travailler le thème de l’uniformité (disposition des éléments, formes, couleurs) , des scènes d’ambiance, des portraits, parfois il vaut mieux de dos  … Par ailleurs, il ne s’agit nullement de se moquer, rappelons qu’un uniforme, même bigarré, n’est pas un déguisement, même si parfois la frontière est ténue…

 Marc

Rendez-vous sur joomeo : albums des membres Vous devez vous connecter pour accéder à Joomeo 

4 réflexions sur « Uniforme(s) »

  1. Ah le prestige de l’uniforme !
    Uniformes mis à part, tes photos de rue sont réalisées avec toujours autant de talent et d’acuité.
    La 17 “vivre d’amour et de Gini” mériterait de figurer dans les bonnes revues photos et de photo de presse. Elle vaut bien celle de Cohn Bendit photographié par Gilles Caron en mai 68 !
    Du très haut niveau !

  2. Dans lequel on s’aperçoit que les uniformes revêtent bien des formes. Du coup la série n’est pas uniforme bien qu’elle traite des uniformes. Même les taxis sont en uniforme ce qui incite bien évidemment à une bénédiction collective, histoire que ça ne dure pas des plombes non plus. Une bénédiction photocopiée en quelque sorte, comme les uniformes justement. Comme quoi on peut photographier des uniformes sans pour autant tomber dans l’uniformité et du coup verser dans l’originalité. De fait il y a là un beau travail sur la colorimétrie, presque, uniforme de chaque photo et pourtant avec des sujets très diversifiés dans la série. De là à dire que la photographie est magique parce qu’elle n’uniformise rien même si on photographie des uniformes, il n’y a qu’un pas. Que tu franchis allègrement pas à pas… mais pas au pas !
    Ouf ! réussis à placer 11 fois des mots dont la racine est forme !
    12 avec cette dernière 🙂

Laisser un commentaire