En vol … ou presque

Album des membres – Lili Bonacci

Super ! La dynamique des albums est de retour. C’est Lili qui démarre les séries cette année, avec une magnifique revue d’oiseaux que je vous invite à découvrir sans plus attendre.

Lili nous explique sa démarche :

“Les oiseaux nous font souvent la grâce de se poser pour que nous leur tirions le portrait, mais ils ne sont jamais plus beaux que dans les airs, leur élément; la chance, qui accompagne parfois le photographe, m’a permis de les saisir dans ces moments de grâce ; en les photographiant, sans prétention, je les fige dans le temps, je me les approprie.”

Rendez-vous sur joomeo : albums des membres Vous devez vous connecter pour accéder à Joomeo 

13 réflexions sur « En vol … ou presque »

  1. Bonsoir
    Merci de m’avoir fait voyager au travers de votre site , il y a de très belles photos et en animalier j.aime beaucoup celle de la mante religieuse dévorant un papillon entre autres ….
    Cette promenade dans vôtre site me donne très envie de m’en créer un également
    Comme vous le dite s’il suffit d’être au bon endroit au bon moment ‘ mais pour ça il faut provoquer un peu le hasard , avoir beaucoup de patience , un brin de technique , une bonne connaissance de son sujet et surtout l’œil du photographe pour finaliser tout ca dans une belle composition
    J’ai publié sur le site du club une série réalisée dans les Dombes intitulée ‘bec et plumes au raz de l’eau’ si ca vous intéresse de voir d’autres photos d’oiseaux.
    Félicitations pour votre site

    1. Oups je n’avais pas vu ce message, désolée, donc j’y réponds avec retard.
      Merci pour ce gentil message ; j’avais bien sur regardé avec intérêt et apprécié l’album “sur becs et plumes au ras de l’eau”, car je suis branchée plutôt nature qu’individus, mais je ne savais pas trop au début comment manipuler Jooméo et réagir aux photos.
      Je crois que maintenant je suis plus au point 😀
      Il ne faut pas hésiter à créer un site; pour moi ce fut à la demande d’amis qui me demandaient ce que je faisais de mes photos; c’est une façon pour vos proches de jeter un œil de temps en temps.

  2. Au regard de ces superbes photos d’oiseaux toutes ailes déployées et plumes au vent, on comprend bien la fascination de l’homme a vouloir voler lui aussi. Très graphique aussi ce ballet de plumes. Choix du cadrage serré que je comprends mais qui à mon avis coupe parfois de l’environnement.

    1. merci pour ce message
      je suis sensible à cette réserve sur ce déficit d’environnement ; j’ai répondu plus bas sur ce point .
      Ce n’est pas une généralité sur les nombreuses photos d’oiseaux que j’ai faites , mais ici un mauvais choix trop centré sur les portraits
      ceci dit , souvent l’environnement d’un oiseau en vol, c’est souvent le bleu du ciel ou celui de la mer….
      pas très foisonnant au niveau des détails; la prochaine fois, je choisirai des oiseaux posés:-)

    2. Merci pour l’adjectif qui me surprend car je crois faire seulement des photos correctes, sans prétention
      pour ce qui est du cadrage serré:
      d’abord les oiseaux en vol sont pour la grande majorité des cas soit sur fond de ciel, soit sur fond de mer ; dans les deux cas l’environnement est inexistant; si on les prend en vol sur fond d’arbres , ce n’est pas terrible , le fond phagocyte le sujet . C’est bien plus facile pur les oiseaux en pose .
      Ensuite le cadrage serré correspond à un désir de montrer les détails: les textures, les couleurs des plumes ou des poils;pour cela il faut que le sujet occupe le maximum de pixels ( et si possible gros pixels de plein format ) sur l’image ;après c’est un choix et l’idéal c’est de faire les deux types de photos;
      j’ai essayé de montrer les deux dans le choix de l’album sur les insectes à venir jeudi;
      A bientôt pour des échanges fructueux et sympas

  3. Merci pour ce partage.
    Belle maîtrise technique : c’est net et bien exposé.

    L’ordre chronologique de votre série permet de voir l’évolution , d’un aspect plutôt ornitho en 2011 : plan très serré, animal remplissant tout le cadre à une approche que je qualifierais de plus photographique en 2017/2018 : l’oiseau dans son environnement, reflet, respiration devant les oiseaux (photo 24 )….

    Si je puis me permettre une suggestion : pourquoi puisque vous maitriser parfaitement la technique ne pas y associer un peu plus de poésie ?
    – en tentant des fonds filés par ex , les flamands gros oiseaux au vol assez lent et rectiligne si prêtent particulièrement bien.(Jonathan Lhoir a réalisé un superbe travail sur les flamands roses)
    – en intégrant plus souvent le fond et en lui accordant alors de l’espace (photo N°8 par ex) ce qui donne une dimension plus artistique à la photo.
    – en exploitant aussi les plus grandes ouvertures des optiques , c’est souvent le fond qui fait d’une bonne photo une très bonne photo.
    – travailler avec des vitesses moins rapides comme sur la photo N°2 (vitesse la plus basse de votre série mais quand même au 640 ème) ce qui a permis de ne pas figer complètement le mouvement des ailes
    – Toutes les photos de cette série ont été prises entre 9h30 au plus tôt (aout) et 17h53 au plus tard en mars : essayer des prises de vue plus matinales ou plus tardives pour bénéficier d’une lumière plus douce et d’ambiance de brumes ou de ciel chargé

    Le dernier Natimages N°70 comporte un très joli dossier sur nos amis à plumes et sera certainement plus explicite que mes commentaires

    Hervé ALBERT

      1. Ce n’etait que des suggestions pour une approche plus photographique, puisque en l’occurence ces photos sont présentées dans le cadre d’un club photo .
        Mais l’essentiel c’est que vous ayez du plaisir à réaliser et nous présenter ces clichés.
        Ma remarque était : pourquoi ne pas essayer ne serait qu’une fois sur une série une nouvelle approche ?
        Cela pourrait être un challenge intéressant pour faire évoluer vos pratiques photographiques et si jamais de plus les résultats vous plaisaient ……

        1. je suis très sensible et touchée par cet intérêt pour ce sujet assez éloigné des tendances du club. Après réflexions sur vos suggestions que je prends très au sérieux, je crois que ce qui limite mes photos, c’est que mon intention, peut être pulsion serait le terme plus exact, c’est de m’effacer derrière le sujet, autrement dit ne rien mettre de moi dans la photo, avec des effets de flou ou autre par exemple.
          Il n’empêche que je reconnais que les remarques sur le manque d’environnement sont recevables, du moins sur cette série de photos, mais pas forcément sur les nombreuses autres photos d’oiseaux sur ma galerie ,que j’ai prises dans différents environnements et situations .
          Un autre élément à prendre également en compte, c’est que lorsqu’on veut faire des portraits d’oiseaux ( ou autres sujets) , si l’on veut un maximum de détails, plumes, couleurs, textures, il faut que le sujet bénéficie du maximum de pixels ( gros si possibles 🙂 et donc occupe le maximum de place dans le cadre .
          Après , l’idéal c’est de faire les deux……

          1. Mes commentaires ou suggestions ne peuvent porter que sur ce que j’ai vu , ce serait avec plaisir que je découvrirai vos autres photos animalières , étant moi aussi très intéressé par cette thématique.
            Je pense qu’un photographe se doit de mettre sa ‘patte’ lors de la prise de vue ou tout au moins essayer d’apporter une touche artistique personnelle supplémentaire au seul sujet, ce qui est loin d’être facile je vous l’accorde.
            Le choix détail et environnement est malheureusement difficilement conciliable a mon avis, alors pourquoi ne pas aller encore plus dans les ‘extrêmes’ en cadrant encore plus serré pour isoler un détail, l’oiseau remplissant complètement voir débordant du cadre , dans ce cas on comprendrait d’autant mieux le parti pris du photographe.
            Au plaisir de voir d’autres photos de votre part

          2. https://lilibon.piwigo.com/picture?/3854/category/175-plumes
            un exemple où je suis allée plus “loin dans les extrèmes” pour employer votre expression .
            dans le tiff, les zones sombres le sont moins et plus bien plus riches en détails.
            En photo comme dans d’autres disciplines, je crois que l’important c’est d’être lucide; je sais que je n’ai pas de “patte”; j’essaie de témoigner par l’image, le plus correctement possible, de ce que je vois et qui me chatouille agréablement les pupilles.
            Si vous allez dans les portraits d’oies, il y a une photo cadrée serré d’une Bernache barrée me regardant dans les yeux et une autre avec un gratte ciel en arrière plan.
            Pas dur, il suffisait d’être au bon endroit au bon moment

Laisser un commentaire